Le RPBDC

Réel – Problème – Besoin – Demande ­‐ Contrat

Le RPBDC est un processus de questionnement proposé par Vincent Lenhardt pour aider une personne, ou un groupe de personnes, à progresser dans son (leur) cheminement vers la solution.

Il s’agit de mieux cerner un problème et identifier la contribution de chacun dans sa solution en le passant à travers 5 filtres de questionnements:

  • Filtre 1 : la dimension du Réel
  • Filtre 2 : la dimension du Problème
  • Filtre 3 : la dimension du Besoin
  • Filtre 4 : la dimension de la Demande
  • Filtre 5 : la dimension du Contrat

Le Réel

On décrit un problème de manière concrète et détaillée, ce qui amène à le relativiser et à le dépassionner:

  • De quoi s’agit-il?
  • Qui est concerné?
  • Depuis quand?
  • Où cela se passe-t-il dans l’organisation?
  • Comment les choses se passent-elles?

L’exploration du réel est un processus qui vise à passer :

  • d’une situation souvent confuse, mélange de faits, de personnes, de ressentis, d’émotions,
  • À un exposé clair, calme et en démêlant les faits des émotions.

Le Problème

  • On explore la dimension problématique du réel exposé:
    En quoi les faits, les données, les situations exposées constituent‐ils un problème?
  • On relativise le problème exposé par un éclairage conjoint, on le dépassionne, on propose de le formuler de différentes façons et sous différents angles.
  • On explore ici toutes les dimensions du « syndrome du lampadaire ».
  • On explore également « l’orientation solutions » et de se projeter dans une situation où le problème a disparu :
    Que ferions‐nous de différent si le problème avait disparu? Qu’est­‐ce­‐qui aurait changé? Quelle serait la nouvelle situation?

Le Besoin

  • On s’interroge vraiment sur les besoins, on les formule avec précision, en évitant d’aller tout de suite à la solution (forcément unique, mais pas nécessairement bonne) que l’on a en tête,
  • C’est le diagnostic, l’action (ou les actions) nécessaire(s) pour transformer la situation,
  • « C’est ce qui manque pour résoudre le problème » – François Délivré,
  • « C’est le coup de marteau à 100 dollars » – Eric Berne (1 dollar pour le coup de marteau, 99 dollars pour savoir où le donner)

La Demande

On part du besoin de l’autre pour clarifier la problématique, on lui fait exprimer la manière dont on peut l’aider (agir ensemble) en évitant:

  • De donner l’illusion que la solution est simple à trouver,
  • La tentation de passivité et d’attente d’une solution extérieure à soi-­même

Il est important :

  • de maintenir le niveau de responsabilité de chacun
  • (re)lancer une dynamique d’autonomie

Le Contrat

On s’entend et on s’engage sur la part de chacun dans la résolution du problème.

ee5530539cc9849cfc2dd67aa17321f5GGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGGG